Paroles d'élus

Dominique GIRONDominique GIRON

Vice-Présidente du Conseil général du Puy-de-Dôme en charge du développement numérique, de l'Agenda 21 et du plan climat énergie

 

Q1: Vous êtes élu du Conseil Général du Puy de Dôme et membre du Conseil d’Administration du CRAIG. Pouvez-vous nous brosser un tableau général des SIG dans votre collectivité et de ses liens avec le CRAIG ?

DG : A l’instar des autres Départements de France, le Système d’Information Géographie (SIG) du Département du Puy-de-Dôme est un outil indispensable pour les techniciens de notre collectivité pour répondre à nos obligations dans le domaine de la gestion de la voirie, des transports scolaires, des collèges, de l’environnement ou encore de l’aménagement du territoire. Par ailleurs, comme on a souvent coutume de dire, le SIG, pour nous élus, constitue un outil essentiel d’aide à la décision et à la gestion du territoire.
Conscient de l’importance de développer et moderniser les méthodes de travail, le Conseil général a réalisé entre juin  2008 et septembre 2012 la numérisation du cadastre des communes du département afin d’encourager, notamment, les communautés de communes à se doter d’un SIG en leur mettant à disposition ce référentiel.
En 2009, il est alors apparu naturel pour le Conseil général de devenir membre fondateur du GIP Centre Régional Auvergnat de l’Information Géographique dont la principale vocation est de coordonner la production, l’acquisition et la diffusion de données géographiques de références pour l’ensemble de la sphère publique (Services de l’Etat, Collectivités territoriales, établissements publics…).

Q2: Pouvez vous nous préciser les modalités de cette politique et de la gouvernance associée ?

DG : Le  Conseil Général en tant que membre fondateur du GIP CRAIG siège au conseil d’administration aux côtés de l’Etat, de la Région Auvergne, des autres Départements, des Agglomérations et de l’IGN. Il participe ainsi aux décisions stratégiques du groupement.
En amont des conseils d’administration, un comité d’orientation, composé des techniciens, se réunit 2 à 3 fois par an qui a en charge notamment de coordonner les actions à mettre en œuvre et proposer de nouvelles actions en fonction des besoins des utilisateurs ou pour répondre à de nouvelles réglementations ou dispositifs législatifs.

Q3: Comment avez-vous collectivement réglé les problèmes financiers – de gouvernance du CRAIG ?

DG : Le CRAIG est financé pour une grande part à parité par l’Etat et la Région Auvergne. Les Départements participent à hauteur de 14 000 € par an. Par ailleurs, grâce au programme opérationnel FEDER Auvergne la plupart des projets portés par le CRAIG peuvent bénéficier d’une aide de l’Europe.

Q4: Quel est le rôle du CRAIG sur votre territoire?

DG : Le CRAIG permet un accès facile aux données pour l’ensemble des acteurs publics. Ils disposent ainsi d’une information de base indispensable à l’aménagement du territoire comme par exemple le cadastre, les prises de vues aériennes ou certaines données réseaux. En outre, ces référentiels de données étant mis à disposition « gratuitement » cela permet aux collectivités de réaliser des économies substantielles.
L’utilisation des données est ensuite facilitée par  l’accompagnement permanent qu’assure que le GIP auprès des organismes utilisateurs tant sur le plan technique, juridique ou organisationnel.
Dans le cadre de ses missions le CRAIG est amené également à appuyer certains acteurs sur des thématiques très spécifiques. Le CRAIG a joué notamment un rôle très important tout au long du dialogue compétitif relatif au déploiement d’un réseau Très Haut-Débit d’initiative publique en mettant en cartographie les propositions des candidats. Ces cartes ont constitué des instruments d’aide à la décision très précieux. Son implication durant le déploiement du Très Haut Débit nous permet de suivre l’avancement du programme en temps réel.

Q5 : Comment voyez-vous l'évolution de l’information géographique sur votre territoire?

DG : L’évolution de l’information géographique dans nos territoires s’inscrit dans la dynamique du mouvement Open Data engagé maintenant depuis quelques années par l’Etat et plusieurs collectivités.
Depuis 2012, au sein du GIP, nous avons décidé de libérer en licence ouverte les données orthophographiques et altimétriques acquises par le CRAIG sur la région Auvergne. Désormais, ces données peuvent être librement téléchargées sur le site du CRAIG à l’adresse suivante http://opendata.craig.fr
D’ores et déjà, plusieurs entreprises clermontoises se sont emparées des données pour créer de nouveaux services. En plus de faciliter l’accès aux données à tous, l’open data  permet ainsi d’accompagner la créativité et le développement de nos entreprises.

L'information géographique au service de l'innovation des territoires - 13 Elus témoignentTélécharger le recueil complet